Eric Zemmour: «Plus rien ne sera-t-il vraiment comme avant? Il est permis d’en douter»

(Article rédigé par Eric Zemmour pour Le Figaro et publié le 17 Avril).

CHRONIQUE – Macron avait déjà annoncé que «plus rien ne serait comme avant» après la crise des «gilets jaunes». Après le collapsus financier de 2008, son prédécesseur Nicolas Sarkozy avait aussi prophétisé la fin du capitalisme mondialisé.

Plus rien ne sera comme avant. Sans doute parce qu’Emmanuel Macron a déclaré «la guerre» au coronavirus, on entend déjà cette chanson. Le Président lui-même y va de sa contrition personnelle. L’apôtre de la mondialisation, de l’Europe et de l’individu a dû exalter la nation, la souveraineté, l’État.

L’homme des métropoles, des start-upers, a dû faire l’éloge des infirmières, médecins, mais aussi caissières ou chauffeurs routiers. Lui qui déclarait qu’il «n’y avait pas d’argent magique» face aux récriminations du personnel hospitalier annonce désormais un grand plan d’investissements pour la santé. Mais cette apostasie ira-t-elle au-delà des mots?

À lire aussi : Coronavirus: de la «guerre» à «l’espoir», comment Macron a changé de ton en trois allocutions

Rien n’est moins sûr. Macron avait déjà annoncé que «plus rien ne serait comme avant» après la crise des «gilets jaunes». Après le collapsus financier de 2008, son prédécesseur Nicolas Sarkozy avait aussi prophétisé la fin du capitalisme mondialisé.

Les forces de résistance sont puissantes. Les partisans du libre-échange n’ont pas désarmé. Quand…

Lire l’article complet sur Le Figaro