Eric Zemmour: «L’Art contemporain, une arme de guerre»

(Article rédigé par Eric Zemmour pour Le Figaro et publié le 4 Novembre 2020).

CHRONIQUE – Aude de Kerros nous livre une analyse passionnante et sans concessions de la géopolitique de l’art contemporain, devenu un outil d’influence dans la mondialisation.

C’est une simple majuscule mais qui change tout. Un petit a devenu grand. Le mot art s’est toujours écrit avec un «a» minuscule. L’art de toutes les époques, de tous les pays et de toutes les civilisations. L’art de Lascaux ou de Michel-Ange, de Vermeer ou de Poussin. Et puis, l’art est devenu l’Art, le seul, l’unique reconnu et légitime, l’unique «contemporain et international». Pas le meilleur, mais le seul. En une note de bas de page, dès le début de son livre, Aude de Kerros a défini le cœur battant de son nouvel ouvrage sur «l’imposture de l’art contemporain».

À LIRE AUSSI : Aude de Kerros: «L’Art contemporain? Une imposture»

Vous croyez que l’Art n’est qu’une continuation transgressive de l’art? Un héritier de tous les artistes du passé qui ont moqué, et tourné en dérision, les pouvoirs, le sacré, les académismes? Aude de Kerros dessille nos yeux ingénus. Quelques sentences qui claquent et nous éclairent sur les oppositions fondamentales entre l’art et l’Art: «L’artiste opère une métamorphose positive de la matière alors que dans l’AC (Art Contemporain)

Lire l’article complet sur Le Figaro