Eric Zemmour: «Le retour d’un Commissariat au Plan, entre illusion lyrique et nostalgie gaullienne»

(Article rédigé par Eric Zemmour pour Le Figaro et publié le 11 Septembre 2020).

CHRONIQUE – A-t-on besoin d’un plan dans une économie mondialisée et, en même temps, suradministrée?

En cette année de Gaulle, on ne pouvait pas trouver mieux. Le retour du plan, «ardente obligation», est tant associé au Général qu’on en oublie qu’il fut en vérité forgé par les technocrates de Vichy. Mais c’est Jean Monnet qui restera pour l’Histoire le premier commissaire au Plan en 1946. À l’époque, il s’agissait de reconstruire la France et d’utiliser au mieux les fonds du plan Marshall. L’heure était à l’industrie lourde aux temps longs: sidérurgie, raffinerie, etc. Pas besoin d’être économiste pour déceler le risque d’anachronisme dans le retour du plan avec une industrie aujourd’hui scandée par le rythme échevelé des innovations de «rupture». Surtout, le plan de l’époque fit l’objet d’un débat entre ce qu’on appelait «les forces vives de la nation», patrons, syndicats, experts. Dans l’équipe de Monnet, l’État ne donne pas le la, alors que le gouvernement Castex a déjà livré les priorités que le plan va se contenter d’entériner: voiture électrique, hydrogène, éolien, intelligence…

Lire l’article complet sur Le Figaro